L’islamiste tunisien Rached Ghannouchi perd son procès à Paris

Mohamed Louizi

Dans un courriel que m’a adressé hier soir mon ami Salah Horchani — toujours interdit sur Facebook ! –, j’ai appris que le Tribunal de Grande Instance de Paris a prononcé un non-lieu dans la plainte que Rached Ghannouchi, le leader frériste du parti islamiste tunisien Ennahda, avait porté contre lui pour «diffamation et atteinte à son honneur et à sa considération», en se constituant partie civile. L’islamiste n’a pas fait appel de l’ordonnance de non-lieu. La victoire de mon ami Salah Horchani est donc définitive.
Professeur des universités, écrivain et tenant un blog sur Mediapart, Salah Horchani avait publié en 2014 un article intitulé : « Tunisie Élections 2014 : l’argent illicite du parti islamiste tunisien Ennahda ou l’inégalité des chances entre les candidats »[1] où il était question, entre autres, de l’argent du Qatar qui coulait à flot en Tunisie après la chute de Ben Ali, dopant impunément l’action islamiste du réseau politique des Frères Musulmans tunisiens.
Cet article n’avait pas plu à l’islamiste Rached Ghannouchi. Il avait donc décidé de mener une opération « Jihad des Tribunaux » contre une plume libre. Bien que Salah Horchani soit aussi tunisien comme l’est le leader d’Ennahda, ce dernier n’avait pas sollicité, curieusement, le concours de la Justice tunisienne pour instruire sa plainte. Il s’est tourné vers Paris et la Justice française, en étant conseiller juridiquement par « l’un des plus grands cabinets d’avocats londoniens, spécialiste dans le traitement d’affaires dans le domaine de la diffamation […]. Parmi ses clients on trouve un grand nombre de gouvernements, de chefs d’État et de personnalités politiques et médiatiques du monde entier. Parmi lesquelles on peut citer Recep Tayyip Erdogan, président de la Turquie et Cheikha Mozah bint Nasser Al Missned (épouse de l’ex-Émir du Qatar) »[2] !
Mon cher Salah, je suis très heureux de cette issue qui vous honore davantage. Car je sais combien vous avez enduré de pressions et de moments difficiles, parfois dans la solitude, même si, au fond de vous-même et dans ce qui apparait dans vos écrits, vous êtes resté humble, confiant et droit. Vous avez fait confiance en la probité de la Justice de la République française. Elle vous a donné raison. Elle a débouté l’islamiste Rached Ghannouchi et aussi ses soutiens financiers, le Qatar en tête. La liberté d’expression demeure une liberté fondamentale en France n’en déplaise aux islamistes et à leurs serviteurs. C’est une victoire pour vous et c’est aussi celle d’une démocratie française attaquée de tous bords.
Votre victoire, cher Salah, notre victoire, doit servir de leçon à ceux, y compris à Mediapart mais aussi dans d’autres rédactions, qui relativisent le chaos islamiste, ferment les yeux et ne jurent honteusement que par l’expérience des Frères Musulmans tunisiens, entre autres. Ceux-là même, ils se reconnaitront par-ailleurs, qui ne désignent plus Ennahda, depuis un certain temps, par l’expression juste « le parti islamiste tunisien ». Ils choisissent, dans une sorte de complicité sémantique coupable, une autre expression autant absurde qu’amalgamante : « le parti musulman Ennahda »[3]. Comme s’il fallait préciser la religion d’un parti qui n’est que le 110ème parti, dans une Tunisie où l’islam est la religion principale et officielle de l’État. Ceux-là mêmes qui sont vent debout quand il s’agit de financement étranger illicite des campagnes électorales ici en France mais, étrangement, ils ne disent mot lorsqu’il s’agit de décrypter les réseaux de l’argent islamiste, venant aussi du Qatar, pour irriguer le terreau islamiste en France, en Europe et ailleurs.
Enfin, vous me permettrez de faire mien votre souhait : « Que Vive notre belle Tunisie — et je rajoute notre belle République — débarrassée de la vermine islamiste ! ». Vous me permettrez aussi de rappeler à nous autres, ce beau slogan qui figure toujours dans votre blog : « Qui tolère l’islamisme, récolte le terrorisme ! ». L’Histoire, tunisienne comme française, vous donne raison. La Justice de la République aussi. Qu’elle en soit chaleureusement remerciée. Continuons !

Notes :
☆☆☆
[1]- https://blogs.mediapart.fr/salah-horchani/blog/221014/tunisie-elections-2014-l-argent-illicite-du-parti-islamiste-tunisien-ennahdha-ou-l-inegalite-des
[2]- https://blogs.mediapart.fr/salah-horchani/blog/151015/ma-decoration-moi-ma-medaille-moi-merci-mr-kherigi-dit-ghannouchi-rached
[3]- https://www.mediapart.fr/journal/international/240614/tunisie-le-parti-musulman-ennahda-repart-lassaut-du-pouvoir?onglet=full
….
Source:
https://www.facebook.com/mohamed.louizi/posts/10214753666140198